PARUTION : Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe – XVIe siècles). Recueil d’études, (éd.) J.-B. Renault

Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe – XVIe siècles), Recueil d’études, J.-B. Renault (ed.)
245 p., 17 b/w ill., 2 b/w tables, 156 x 234 mm, 2016
ISBN: 978-2-503-56756-3
Prix : EUR 75,00 excl. tax
http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503567563-1

Entourés des attentions des médiévistes, les cartulaires sont devenus un objet d’histoire. Ces recueils, résultant de la compilation d’actes par une institution ou une personne juridique, entretiennent des relations complexes avec les originaux, sources directes ou indirectes mises en œuvre par les cartularistes. Qu’il s’agisse de la sélection des matériaux ou du transfert d’informations du modèle à la cible, le travail accompli est affaire de choix, divers et multiples, dont il faut retrouver les logiques pour espérer comprendre les objectifs des hommes qui ont commandités et réalisés ces manuscrits. Même soumis à des contingences matérielles, les copistes conservent une certaine marge de manœuvre dans le traitement de leur documentation. Ils trient, classent ou reclassent les documents qu’ils accueillent et enfin transcrivent les actes en adoptant certains principes. Ce recueil d’études a pour but de renouveler la confrontation originaux-cartulaires, à travers l’analyse d’un recueil et de son chartrier ou grâce à l’exploration d’une question liée à la transcription, à travers plusieurs cartulaires.
La question est ici approchée dans un cadre régional, en l’occurrence la Lorraine médiévale, principalement constituée des diocèses de Metz, Toul et Verdun – et occasionnellement étendue à l’ancienne Lotharingie. La chronologie est délibérément large (XIIe – XVIe siècle), donnant toute leur place aux expériences, parfois négligées, de la fin du Moyen Âge. À défaut d’aborder systématiquement le phénomène de la « mise en cartulaire », les dossiers ici réunis voudraient en enrichir les données et questionnements.

Table des matières :

Avant-propos
Miroir, filtre ou masque ? Cartulaires et originaux, les apports réciproques de la confrontation, Jean-Baptiste RENAULT.

Cartulaires monastiques

Le cartulaire prémontré de Saint-Paul de Verdun, Jean-Pol EVRARD
À propos d’un bullaire cistercien du XIVe siècle. Le manuscrit 234 de la bibliothèque municipale d’Épinal, Timothy SALEMME

Cartulaires laïques

Copie et conservation des archives dans les trésors des chartes des États lorrains, de René d’Anjou à René II (1419-1508), Léonard DAUPHANT
Le cartulaire de Pont-à-Mousson (Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 386) : une approche des « cartulaires de Lorraine » de Thierry Alix (XVIe siècle), Mathias BOUYER
Le cartulaire de la seigneurie de Germiny réalisé en 1540 pour Nicolas de Lutzelbourg, Jean-Christophe BLANCHARD

La transcription des actes dans les cartulaires : approches transversales

La représentation des chirographes dans les cartulaires lotharingiens, Katharina GROSS
En passant par la Lorraine : le nom propre à l’épreuve de la copie, Pierre-Henri BILLY
Étude linguistique des chartes lorraines vernaculaires du XIIIe siècle, Dumitru KIHAÏ et Marius BEERLI

Conclusions, Laurent MORELLE
Sources et bibliographie
Index

Fragment d’une charte pour le prieuré Saint-Nicolas de Roucy (Aisne) conservé à la médiathèque d’Arles

À l’occasion d’une mission dans les fonds d’archives provençaux, il convenait d’éclaircir la nature d’un fragment de charte signalé par le catalogue général des manuscrits. Celui-ci n’évoquait rien de moins que la « partie droite d’un diplôme carolingien mentionnant un monastère du diocèse de Laon ». Diantrechaussette !

Arles, BM, Ms. 881 n° 1.

Le fragment attendu reposait dans le manuscrit 881 de la Médiathèque d’Arles, recueil factice issu des collections de l’érudit arlésien Jacques-Didier Véran et relié au début du XIXe siècle. Ce manuscrit recèle en particulier 10 actes provençaux des Xe et XIe siècle précédemment repérés et intégrés à la base de données des Originaux provenant des fonds des abbayes de Montmajour et Saint-Césaire d’Arles. Mais l’acte coté n° 1, en vertu d’une supposition quant à sa datation, s’avère être un acte de l’évêque de Laon, Barthélémy, du 4 novembre 1126 (1) . L’édition des actes épiscopaux laonnois d’Annie Dufour a permis de l’identifier sans doute possible. Le module important des lettres, l’interligne spacieux, l’élégance des hastes, le soin de la première ligne, tout semble témoigner de la qualité de la production de la chancellerie laonnoise. Le sceau plaqué perdu a laissé une trace qui permet d’en estimer assez précisément la taille. Une copie du XVIIIe siècle signalait encore le sceau « scellé à plat sur le parchemin en cire blanche ».
Le prieuré de Roucy existait avant 1063 (2) . Il s’agit d’une des premières fondations des comtes de Roucy-Ramerupt au profit de Marmoutier qui reçut de leur part d’autres biens en Laonnois, Soissonnais et Champagne (3) . En parcourant rapidement la série des actes épiscopaux laonnois pour le prieuré de Roucy – rassemblées dans un recueil de la main d’Edmond Martène – on se rend compte que le formulaire semble davantage suivre un modèle de chancellerie car aucune des formules créées au monastère ligérien ne semble avoir été importée ni cultivée au prieuré (4). L’enquête mériterait d’être approfondie en considérant les greffes prieurales voisins, aux diocèses de Soissons (Saint-Thibaut et Saints-Rufin et Valère de Bazoches, Châtillon-sur-Marne) et de Reims (Saint-Maurice de Reims et Ventelay) voire la grappe des prieurés établis au diocèse de Troyes. On aimerait savoir si ces petites fondations des comtes de Champagne et de la famille de Roucy-Ramerupt ont par exemple collaboré entre elle pour produire leurs actes ou si elles n’ont fait que recourir au service de scribes travaillant pour des autorités ecclésiastiques ou laïques locales. On sait en effet que dans les régions de forte implantation de Marmoutier, au XIe siècle, les moines ont étroitement contrôlé la rédaction des actes, personnalisant parfois légèrement le formulaire en fonction des prieurés  (5).

Il est plus difficile de formuler des hypothèses sur le cheminement de ce fragment. On sait qu’en marge du mouvement de sauvegarde des archives ecclésiastiques nationalisées pendant la période révolutionnaire et l’Empire, certaines incuries ou déprédations ont parfois eut lieu, comme en témoignent les fragments découpés en bandelettes d’actes de Saint-Julien de Tours. Le découpage de notre document laisse supposer un usage utilitariste du parchemin et peut-être un sauvetage in-extremis. Notaire et antiquaire, Jacques-Didier Véran (1764-1848) est bien connu pour ses travaux sur les monuments romains dont Arles s’enorgueillit. L’« énorme collection de titres qu’il a amassé sur sa patrie » (Quérard) est conservée à la Médiathèque arlésienne (Ms. 881 à 895) (6) . La plupart de ces volumes contiennent des copies, à l’exception du premier dit « Chartrier Véran » qui recèle principalement et presque exclusivement des actes originaux relatifs à la région arlésienne.  Seul le fragment évoqué fait donc exception(7). Profitons-en pour signaler l’intérêt du recueil factice au-delà de notre terminus de 1121. Parmi plusieurs documents des XIIe et XIIIe siècle, on remarquera notamment six actes pontificaux pour l’ordre de l’Hôpital.
Cousin de Pierre Véran (1744-1819), autre antiquaire et conservateur du premier musée arlésien, Jacques-Didier est le père de Pierre-Paul Cléron Véran, qui a pour sa part laissé une collection de monogrammes copiés, semble-t-il, sur des documents originaux (BM Arles, ms. 716), charmant témoignage d’un esprit curieux classant ces petits calques avec le soin d’un collectionneur de lépidoptères.

J.-B. R.

Arles, BM, ms. 881 n° 1, détail partie haute.
Arles, BM, Ms. 881 n° 1, détail partie basse, emplacement du sceau plaqué.

[1] Barthélemy, évêque de Laon, donne avec l’accord de Gui, archidiacre, à l’église Saint-Nicolas de Roucy, pour les moines de Marmoutier, l’autel de Bouffignereux, que vient de lui restituer à cette intention le prêtre Roger (Annie DUFOUR-MALBEZIN, Actes des évêques de Laon des origines à 1151, Paris, 2001, p. 194-195, n° 114 : édition de l’acte d’après deux copies : Copie Gaignières :BnF, lat. 5441 (1) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9078411w/f169.image ; Copie Martène : BnF, lat. 12880, f° 6V-7 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9078422p/f10.image ).

[2] Jackie LUSSE, « Marmoutier et Cluny en Champagne », Études Champenoises, n° 2 (1976), p. 27-44, p. 28.

[3] Ibid., p. 34.

[4] Paris, BnF, lat. 12880, f° 4 à 8.

[5] Claire LAMY, L’abbaye de Marmoutier (Touraine) et ses prieurés dans l’Anjou médiéval (milieu du XIe-milieu XIIe siècle), thèse de doctorat, Université Paris IV-Sorbonne, 2009. p. 162-166, et Ead., « L’abbaye de Marmoutier et sa production écrite (1040-1150) : formules en usage au scriptorium monastique et dans les dépendances », in La formule au Moyen Âge II. Formulas in Medieval Culture II, Actes du colloque international de Nancy et Metz, 7-9 juin 2012, éd. Isabelle DRAELANTS, Christelle LOUBET, Turnhout, 2015 (Collection Artem 23), p. 75-89.

[6] Joseph-Marie QUÉRARD, La France littéraire ou dictionnaire biographique des savants…, Paris, 1827-1864, t. 10 (Paris, 1839), p. 100.

[7] Un grand merci au personnel de la Médiathèque d’Arles et particulièrement à Mme Fabienne Martin pour l’aide reçue lors de mes visites.

Enregistrer

Ecrits et dépendances monastiques II : Transferts d’archives, IXe-XVe siècles

Dates : 1er et 2 février 2018
Lieu : Paris – Institut historique allemand, Université Paris-Sorbonne

Comité scientifique :
Sébastien Barret (CNRS, IRHT, UPR 841)
Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble-Alpes, LEM-CERCOR, UMR 8584)
Véronique Gazeau (Université de Caen, CRAHAM, UMR 6273)
Rolf Groβe (Institut Historique Allemand)
Claire Lamy (Université Paris-Sorbonne, CRM, UMR 8596)
Laurent Morelle (Ecole Pratique des Hautes Etudes)
Jean-Baptiste Renault (Université de Lorraine, CRULH, EA 3945)
Cécile Treffort (Université de Poitiers, CESCM, UMR 7302).

Contacts : cl_lamy@hotmail.com (tiret bas entre cl et lamy) et jean-baptiste.renault@univ-lorraine.fr

Les propositions de communication sont attendues jusqu’au 31 mai 2017. Elles pourront être rédigées en anglais, français, allemand et italien et devront comporter de 400 à 500 mots environ et être accompagnées d’un CV.

Argumentaire

Cette rencontre scientifique s’intègre dans un cycle thématique de recherches sur les écrits des dépendances monastiques, engagé par Claire Lamy et Jean-Baptiste Renault. Une première journée a été organisée en septembre 2015 à l’université de Poitiers, de manière à ouvrir des pistes, constituer une équipe de travail et définir des thématiques de travail.

Les communautés monastiques se sont dotées dès le haut Moyen Âge de dépendances au statut divers, les unes nées d’essaimage, d’autres étant des établissements préexistants absorbés. À partir du Xe siècle, et surtout au XIe siècle, les mouvements de réforme monastique et l’essor du monachisme ont entrainé la constitution de réseaux de dépendances plus ou moins étendus autour d’abbayes bénédictines réformées ou nouvellement fondées. Depuis le colloque de 1987 sur les prieurés , les études ont insisté sur la diversité de ces établissements dépendants, centres de gestion, prieurés conventuels plus ou moins peuplés, ou refuges érémitiques. Des abbayes comme Cluny, La Chaise-Dieu, Marmoutier, Saint-Florent de Saumur ou encore Saint-Victor de Marseille, ont eu des réseaux très étendus encore insuffisamment connus pour les Xe-XIe siècles notamment, tandis qu’à partir des XIIe-XIIIe siècles, se met en place une organisation hiérarchique plus stricte sous la forme d’un ordo.
En raison de leur diversité – statut juridique, éloignement, taille mais aussi histoire – les dépendances ont joui d’une autonomie plus ou moins forte. Ainsi ont-elles pu constituer ou conserver des archives, dont l’histoire accompagne celle des relations avec leur maison-mère ou maison de rattachement. Ces moments d’évolutions institutionnelles ont pu donner lieu à des « transferts d’archives » qui sont l’objet de cette rencontre.

Le colloque mettra l’accent sur les établissements bénédictins « traditionnels », qu’il s’agisse d’établissements singuliers à la tête de réseaux plus ou moins étendus, ou de chefs d’ordre. La réflexion incorpore les établissements de chanoines, séculiers ou réguliers. On s’intéressera aussi aux cas d’incorporation de réseaux entiers, mais sans prendre en compte les dossiers d’incorporation par les Cisterciens (on pense en particulier au cas de Savigny, absorbé par Cîteaux) qui ont déjà fait l’objet de travaux approfondis.

Les circonstances pouvant donner lieu à transferts d’archives sont multiples. La plus évidente est bien sûr celle de l’entrée en dépendance monastique, qui peut concerner un établissement monastique ou bien un établissement canonial ; ensuite celle de la sortie du statut de dépendance pour (re)trouver un statut autonome ; enfin, on n’oubliera pas les cas de contestations de dépendance. La manière de considérer les archives d’un établissement, de définir leur lieu de conservation, de les valoriser (par exemple en réalisant des cartulaires) reflète des enjeux institutionnels qu’il convient de mettre au jour.
Il faut encore tenir compte des cas de mise en sûreté des archives, que ce soit dans le contexte de fuite devant les raids des Normands ou des musulmans, ou bien, quelques siècles plus tard, dans le cadre de la guerre de Cent Ans. Les transferts ont pu avoir été faits de la dépendance vers la maison-mère ou bien de celle-ci vers ses dépendances ; des archives peuvent accompagner les moines lors de leur fuite de la maison-mère vers une dépendance refuge. L’insécurité des archives ne sera pas oubliée ; ainsi pourraient être abordées les situations de « transferts accidentels » d’archives, soit les vols de documents, les ponctions sauvages d’archives ou les pertes d’archives, quand les circonstances peuvent être éclairées, parfois grâce à des mentions dans les chroniques.

Les aléas de l’histoire institutionnelle des dépendances sont parfois des temps forts de l’histoire des archives. On s’interrogera sur le sort des archives détenues par les établissements au moment où ceux-ci entrent en dépendance ; en cas de transfert, sur la qualité et la quantité des documents transférés, y compris sur leur nature juridico-diplomatique (originaux ou copies). On tentera de déterminer les critères de sélection et on sera attentif au travail archivistique (inventaire, transcription organisée) accompagnant éventuellement ces opérations.
Enfin, de manière transversale, est soulevée la question de la possibilité et des moyens d’identifier les archives de dépendances. Ce dernier point, de caractère méthodologique, pourra être abordé dans les différentes propositions de communications.

Écrits et dépendances monastiques

Mise en ligne progressive des photos des chartes originales

L’équipe du projet Originaux, procède depuis un an à la mise en ligne progressive des photos des actes originaux figurant dans les deux bases de données dont elle assure la maintenance. Fort simple sur le plan technique, cette mise en ligne prend cependant un certain temps du fait des conditions imparties par les institutions de conservation pour la réutilisation des données publiques. Remercions d’ores et déjà les directeurs d’archives dont la bienveillance et l’intérêt pour le projet a permis l’avancée de la publication. À ce jour, les photographies de 2897 actes ont pu être publiées en ligne sur la base Chartes originales  antérieures à 1121 conservées en France, soit environ une petite moitié du corpus actuel. Les actes des archives départementales suivantes ont pu être publiés : Aveyron, Bouches-du-Rhône, Côte d’Or, Côtes-d’Armor, Eure-et-Loir, Indre-et-Loire, Jura, Loir-et-Cher, Marne, Haute-Marne, Moselle, Nord, Seine-Maritime et Vienne. Ont été publiés également les actes conservés à la Bibliothèque nationale de France et à la bibliothèque municipale d’Arles.
La publication des photos pour la base Chartes originales 1121-1220 se limite quant à elle pour l’instant aux photos des documents conservés aux Archives départementales de la Meuse. De nouvelles campagnes sont prévues en 2017 afin de parfaire la couverture photographiques encore incomplète pour les Archives de la Moselle et des Vosges.

Reims, AD Marne, 56 H 12 n° 2.

Un tel fond iconographique a vocation à faire l’objet d’une appropriation croissante par les chercheurs, étudiants et curieux de tous horizons. L’accès aux photos des actes nous semble un complément indispensable aux volets documentaires et textuels publiés depuis 2010. Il s’agit de faciliter une exploitation plus complète des documents prenant davantage en compte toutes leurs dimensions. La charte médiévale mise en base de données n’est pas uniquement un texte. Elle est aussi un ensemble de repères visuels et un regard porté sur le document original n’est jamais inutile même pour une requête apparemment purement textuelle ou lexicale.

Gervais, archevêque de Reims, restaure le chapitre de douze chanoines à l'église Saint-Timothée de Reims, dont les revenus avaient été attribués par l'archevêque Adalbéron à Saint-Remi de Reims, pour la réception des hôtes. L'abbé Hérimar, investi d'une autorité disciplinaire, restitue les anciens revenus ; l'archevêque concède les revenus de l'autel, les chanoines de la cathédrale abandonne le repas qui leur était dû le jour de la fête des saints Timothée et Apollinaire.
Reims, AD Marne, 56 H 12 n° 2

Croyant en la contagion de la vieille appétence nancéienne pour la matérialité de l’acte écrit, nous formulons donc des vœux, en ce début d’année, pour une exploitation accrue de nos bases de données s’appuyant sur ce trésor documentaire naguère encore dormant. Allier des requêtes systématiques à des allers-et-retours plus fréquents vers les documents, devrait permettre de stimuler des enquêtes nouvelles, qu’elles concernent l’écriture (on sait l’intérêt d’un grand nombre de chartes, en tant que monuments paléographiques datés), la mise en page des documents (et la « rhétorique visuelle » définie par Peter Rück), le recours aux signes graphiques, les espaces laissés en attente… L’encodage actuel des textes des actes permet déjà d’isoler de nombreux éléments de la mise en page (repérer tous les actes commençant par un chrisme, tous ceux porteurs d’un monogramme…).
Dans les prochains mois, un récolement général permettra de compléter les quelques manques affectant encore la couverture photographique du corpus. N’hésitez pas à signaler tout problème quant aux clichés publiés (coupures, mauvaise qualité ou inadéquation éventuelles).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’acte original. Entre conceptions médiévales et concept diplomatique. Colloque international

Il y a cinquante ans, le doyen Jean Schneider lançait à Nancy un ambitieux projet ayant abouti en 2010 à la publication en ligne des Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France. La rencontre de 2016 entend célébrer cette entreprise pionnière en proposant une réflexion collective sur le matériau même du corpus, « l’acte original », interrogé dans ses multiples facettes : la notion qu’il recouvre (l’« originalité ») et les difficultés qui président à sa qualification ; la façon dont il a été appréhendé au Moyen Âge ; les potentialités d’investigation qu’il renferme pour les historiens d’aujourd’hui.
Colloque international co-organisé par l’Atelier Diplomatique du Centre de Recherches Universitaire Lorraine d’Histoire (Université de Lorraine), l’EA 4116 SAPRAT, (EPHE), l’Institut de Recherches et d’Histoire des Textes (CNRS) et l’Institut Historique Allemand de Paris.

Comité scientifique :  Sébastien Barret (IRHT – CNRS), Paul Bertrand (UCL), Rolf Grosse (IHA Paris) Laurent Morelle (SAPRAT – EPHE), Michel Parisse (Université Paris I-Sorbonne), Jean-Baptiste Renault, (CRULH –Université de Lorraine) Benoît-Michel Tock (ARCHE -Université de Strasbourg).

Organisation pratique : Jean-Baptiste Renault et Evelyne Giorgi avec la collaboration de Jean-Pol Evrard.

Contact : jean-baptiste.renault@univ-lorraine.fr 03.72.74.15.31.

Lieu principal : MSH Lorraine, 91 avenue de la Libération, Nancy (3e étage)

Consulter l’argumentaire

Télécharger le programme

Jeudi 6 octobre 2016

13h30 : Mot de bienvenue par Frédérique LACHAUD (Université de Lorraine), directrice du CRULH.

13h45 : Laurent MORELLE (EPHE – SAPRAT) : Introduction : L’original comme catégorie diplomatique.

14h15 : Mark MERSIOWSKY (Universität Stuttgart) : Les diplomatistes et l’original comme fétiche. De Mabillon à nos jours.

Marqueurs de l’originalité

14h45 : Simone ALLEGRIA (Università di Siena) : Caratteri di ‘originalità’ della documentazione privata aretina (XI secolo)

15h15 à 15h45 : Pause

15h45 : Laura GILI (Université de Lorraine, CRULH) : Les originaux dans le chartrier du monastère des Saints-Côme-et-Damien à « Mica Aurea » de Rome (1047-1273)

16h15 : Thomas ROCHE (Archives départementales de l’Eure) : La croix fait-elle le duc ? Les croix autographes dans les chartes originales de Guillaume le Conquérant

17h00 Visite à la bibliothèque municipale de Nancy et intervention de membres de l’équipe Atelier Diplomatique du CRULH (sur inscription) : Originaux et manuscrits d’érudits

18h15 Conférence grand public : Benoît Michel TOCK (Université de Strasbourg) : Du parchemin à l’ordinateur: les chartes médiévales mises en machine à l’université de Lorraine

18h45 Cocktail

 

Vendredi 7 octobre 2016

9h15 Accueil

Entre normativité et plasticité : la notion d’original du XIe au XIIIe siècle

9h30 : Chantal SENSÉBY (Université d’Orléans) : L’original en perdition ? Actes recomposés, récrits et complétés, actes imités et interpolés. Quelques remarques à propos de trois dossiers documentaires des xie et xiie siècles

10h : Soline KUMAOKA (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne) : La Chronique de Saint-Nicolas de La Chaize-le-Vicomte et l’écrit des moines de Saint-Florent à la fin du xie siècle

10h30 : Pause

11h00 : Andrea PUGLIA (Università di Pisa) : Anomalie documentarie toscane. Gli atti redatti fuori dai circuiti notarili e cancellereschi nella Toscana dei secoli IX-XII (prima metà)

11h30 : Miguel CALLEJA PUERTA (Universidad de Oviedo) : El concepto de documento original en la cancillería regia de Castilla y León (1065-1252)

12h00 Pause : Déjeuner

Réception et nouvelles vies de l’original (XIIIe – XVe siècles)

13h45 : Diego BELMONTE FERNÁNDEZ (Universidad de Sevilla)  : Las Constituciones de don Remondo de 1261: su trasmisión a lo largo de los siglos.

14h15 : Marlène HELIAS-BARON (CNRS – IRHT) : Stratégies d’utilisation des vidimus par les monastères du diocèse de Paris au cours des XIIIe et XIVe siècles (Val Notre Dame, les Vaux-de-Cernay, Port-Royal-des-Champs, Saint-Antoine-des-Champs, Saint-Magloire et Saint-Martin-des-Champs)

14h45 : Dominique STUTZMANN (CNRS – IRHT), Sébastien HAMEL (CNRS – IRHT) : Copies insérées et vidimus dans les registres de la chancellerie royale française : des originaux sans originalité ?

15h15 : Pause

15h30 : Sébastien BARRET (CNRS – IRHT) : Conclusions

Un membre de l’Atelier Diplomatique récompensé : M. Hubert Flammarion

L’équipe du projet Chartes originales et l’Atelier Diplomatique du CRULH (Université de Lorraine) sont heureux de vous annoncer la distinction venant récompenser le travail de l’un de ses membres. Hubert Flammarion, agrégé d’Histoire, docteur en Histoire médiévale et membre de l’Atelier Diplomatique du CRULH, vient de recevoir le prix Auguste Prost de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour son ouvrage Recueil des chartes de Morimond au XIIe siècle. Outre une édition des actes du XIIe siècle, l’ouvrage comporte une introdCouv morimonduction éclairant aussi bien l’histoire de l’abbaye, sa place dans l’ordre cistercien, que les pratiques de l’écrit avec la rédaction des pancartes. Bien que située à la limite orientale du diocèse de Langres, l’abbaye de Morimond touche à la fois à l’histoire de la Lorraine par ses granges situées en Lorraines et par les abbayes cisterciennes lorraines presque toutes de la filiation de Morimond, et à la fois à l’histoire de l’Empire germanique par sa filiation impériale et par son abbé Othon d’Autriche, devenu évêque de Freising et chancelier d’Empire, premier historien de l’Empire, mort à Morimond en 1158 et inhumé dans l’abbatiale.

Les efforts de l’Atelier Diplomatique en faveur de la transcription et de l’édition d’actes médiévaux ont été dirigés ces dernières années vers plusieurs fonds cisterciens. D’une part la Collection Artem (Brepols) a accueilli, outre Morimond, trois éditions de chartes médiévales relatives à des fonds cisterciens : Vaucelles (par B.-M. Tock), Bégard (Cl. Evans) et Chiaravalle milanese (T. Salemme). Parallèlement l’équipe nancéienne œuvre à la transcription des actes originaux inédits, en particulier pour l’espace lorrain et champenois et participe au projet CHARCIS en apportant les transcriptions inédites des actes cisterciens de l’espace lorrain ainsi que du diocèse de Châlons-en-Champagne pour le XIIe siècle.

Conférence: L’abbaye de Lisle-en-Barrois, ses origines et son histoire au XIIe siècle

Conférence organisée par la Société des Lettres de Bar-le-Duc

Intervenant : Jean-Pol EVRARD, docteur en histoire, membre associé de l’Atelier Diplomatique du CRULH (Université de Lorraine)

Résultat d’un patient travail de transcription des chartes de cette abbaye, entrepris dans le cadre du projet Originaux 1121-1220 et du projet ANR Charcis (Chartes Cisterciennes du XIIe siècle), la conférence abordera les thèmes suivants:
– Le contexte général de la fondation et de l’essor des nouveaux ordres religieux, au début du XIIe siècle, cisterciens et chanoines réguliers (Prémontré et Arrouaise)
– L’abbé Eustache : ses origines, sa triple fondation de Monthiers-en-Argonne, Châtrices et des Anglecourt.
– Le transfert à Lisle – la reprise par les cisterciens de Saint-Benoît-en-Woëvre.
– Les sources de l’histoire de Lisle au XIIe siècle.
– Les possessions de l’abbaye dans les diocèses de Toul, Châlons et Verdun, la vie de l’abbaye au XIIe et début du XIIIe siècle.

Le 21/04/2016 à 18h15
Salle Couchot
Rue Jeanne-d’Arc
Bar-le-Duc

 

Journée Écrits et dépendances monastiques : Compte-rendu

Produisait-on de l’écrit dans les prieurés et dépendances autant que dans les abbayes? Quels types d’écrits y étaient conservés? Quels échanges ou circulations les dépendances entretenaient-elles avec leur abbaye mère? Quelle méthode employer pour repérer et caractériser l’écrit des dépendances? Le chantier ne fait que commencer mais une journée s’est tenu pour réfléchir à ces questions, à Poitiers, le 30 septembre 2015. Le compte-rendu vient d’être mis en ligne : http://drd.hypotheses.org/1484#more-1484

L’acte original, entre conceptions médiévales et concept diplomatique.

Colloque international à l’occasion du Cinquantenaire du projet Originaux

co-organisé par le CRULH (Université de Lorraine), l’EA 4116 SAPRAT (EPHE), l’IRHT (CNRS) et l’Institut Historique Allemand (Paris)

Il y a cinquante ans, le doyen Jean Schneider lançait à Nancy un ambitieux projet qui aboutit en 2010 à la publication en ligne des Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France. La rencontre de 2016 voudrait célébrer cette entreprise pionnière en proposant une réflexion collective sur le matériau même du corpus, « l’acte original », interrogé dans ses multiples facettes : la notion qu’il recouvre (l’« originalité ») et les difficultés qui président à sa qualification ; la façon dont il a été appréhendé au Moyen Âge ; les potentialités d’investigation qu’il renferme pour les historiens d’aujourd’hui, notamment quand les originaux sont rassemblés en corpus numériques. Les communications porteront de façon privilégiée sur la période couverte par les bases réalisées à Nancy, depuis le très haut Moyen Âge jusqu’au XIIIe siècle. Dans l’histoire de l’acte écrit, ce terminus marque aussi un « moment » dans les réflexions savantes sur l’acte écrit comme preuve. Si « l’acte écrit » est au centre du colloque, les réflexions des contributeurs pourront naturellement s’étendre, en tant que de besoin et par souci comparatiste, à d’autres types de sources ou d’objets aux lisières du genre diplomatique – on songe entre autres aux sources épistolaires.

Lire l’argumentaire sur le site du CRULH

Télécharger l’argumentaire

Ouverture du carnet de recherche Originaux

Ce carnet permettra de diffuser l’information autour du projet « Originaux » mené à Nancy (Université de Lorraine – CRULH / Atelier Diplomatique). Ce projet a abouti à la publication, en 2010, de la base de données Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, puis récemment en 2013 de la base de données Chartes Originales 1121-1220 conservées en France en cours de construction et d’alimentation.  Ce carnet présentera notamment les mises à jours des deux bases de données ainsi que l’actualité des recherches entreprises à partir de ces corpus numériques dans le cadre des travaux de l’Atelier diplomatique nancéien ou à l’occasion de collaborations avec des chercheurs d’autres horizons.  Il voudrait encourager les chercheurs à s’approprier ces outils et favoriser le partage d’expériences.

Originaux

Ce carnet touche en premier lieu la diplomatique médiévale aussi bien que l’histoire de l’écrit plus généralement. Ensuite, il s’intéresse à toute approche ayant recours aux actes de la pratiques et notamment au corpus de chartes médiévales réunies en bases de données. Enfin, il éclairera notamment les axes de recherches animés par les participants au projet, en particulier les pratiques de l’écrit documentaire du Xe au XIIIe siècle.

Journée-atelier : Actes des laïques/actes des ecclésiastiques : la production de l’écrit documentaire dans l’espace lotharingien (XIe – début XIIIe siècle) I. Les caractères externes des actes, entre pratique et stratégies

Affiche actes des laïques actes des ecclésiastiques 2

L’Atelier Diplomatique du CRULH a organisé, avec le soutien du GDR Diplomatique, le 27 février 2015, à Nancy, une journée-atelier consacrée à la production des actes dans l’espace lotharingien, abordée à travers l’examen des caractères externes des documents.

Voir le programme