Fragment d’une charte pour le prieuré Saint-Nicolas de Roucy (Aisne) conservé à la médiathèque d’Arles

À l’occasion d’une mission dans les fonds d’archives provençaux, il convenait d’éclaircir la nature d’un fragment de charte signalé par le catalogue général des manuscrits. Celui-ci n’évoquait rien de moins que la « partie droite d’un diplôme carolingien mentionnant un monastère du diocèse de Laon ». Diantrechaussette !

Arles, BM, Ms. 881 n° 1.

Le fragment attendu reposait dans le manuscrit 881 de la Médiathèque d’Arles, recueil factice issu des collections de l’érudit arlésien Jacques-Didier Véran et relié au début du XIXe siècle. Ce manuscrit recèle en particulier 10 actes provençaux des Xe et XIe siècle précédemment repérés et intégrés à la base de données des Originaux provenant des fonds des abbayes de Montmajour et Saint-Césaire d’Arles. Mais l’acte coté n° 1, en vertu d’une supposition quant à sa datation, s’avère être un acte de l’évêque de Laon, Barthélémy, du 4 novembre 1126 (1) . L’édition des actes épiscopaux laonnois d’Annie Dufour a permis de l’identifier sans doute possible. Le module important des lettres, l’interligne spacieux, l’élégance des hastes, le soin de la première ligne, tout semble témoigner de la qualité de la production de la chancellerie laonnoise. Le sceau plaqué perdu a laissé une trace qui permet d’en estimer assez précisément la taille. Une copie du XVIIIe siècle signalait encore le sceau « scellé à plat sur le parchemin en cire blanche ».
Le prieuré de Roucy existait avant 1063 (2) . Il s’agit d’une des premières fondations des comtes de Roucy-Ramerupt au profit de Marmoutier qui reçut de leur part d’autres biens en Laonnois, Soissonnais et Champagne (3) . En parcourant rapidement la série des actes épiscopaux laonnois pour le prieuré de Roucy – rassemblées dans un recueil de la main d’Edmond Martène – on se rend compte que le formulaire semble davantage suivre un modèle de chancellerie car aucune des formules créées au monastère ligérien ne semble avoir été importée ni cultivée au prieuré (4). L’enquête mériterait d’être approfondie en considérant les greffes prieurales voisins, aux diocèses de Soissons (Saint-Thibaut et Saints-Rufin et Valère de Bazoches, Châtillon-sur-Marne) et de Reims (Saint-Maurice de Reims et Ventelay) voire la grappe des prieurés établis au diocèse de Troyes. On aimerait savoir si ces petites fondations des comtes de Champagne et de la famille de Roucy-Ramerupt ont par exemple collaboré entre elle pour produire leurs actes ou si elles n’ont fait que recourir au service de scribes travaillant pour des autorités ecclésiastiques ou laïques locales. On sait en effet que dans les régions de forte implantation de Marmoutier, au XIe siècle, les moines ont étroitement contrôlé la rédaction des actes, personnalisant parfois légèrement le formulaire en fonction des prieurés  (5).

Il est plus difficile de formuler des hypothèses sur le cheminement de ce fragment. On sait qu’en marge du mouvement de sauvegarde des archives ecclésiastiques nationalisées pendant la période révolutionnaire et l’Empire, certaines incuries ou déprédations ont parfois eut lieu, comme en témoignent les fragments découpés en bandelettes d’actes de Saint-Julien de Tours. Le découpage de notre document laisse supposer un usage utilitariste du parchemin et peut-être un sauvetage in-extremis. Notaire et antiquaire, Jacques-Didier Véran (1764-1848) est bien connu pour ses travaux sur les monuments romains dont Arles s’enorgueillit. L’« énorme collection de titres qu’il a amassé sur sa patrie » (Quérard) est conservée à la Médiathèque arlésienne (Ms. 881 à 895) (6) . La plupart de ces volumes contiennent des copies, à l’exception du premier dit « Chartrier Véran » qui recèle principalement et presque exclusivement des actes originaux relatifs à la région arlésienne.  Seul le fragment évoqué fait donc exception(7). Profitons-en pour signaler l’intérêt du recueil factice au-delà de notre terminus de 1121. Parmi plusieurs documents des XIIe et XIIIe siècle, on remarquera notamment six actes pontificaux pour l’ordre de l’Hôpital.
Cousin de Pierre Véran (1744-1819), autre antiquaire et conservateur du premier musée arlésien, Jacques-Didier est le père de Pierre-Paul Cléron Véran, qui a pour sa part laissé une collection de monogrammes copiés, semble-t-il, sur des documents originaux (BM Arles, ms. 716), charmant témoignage d’un esprit curieux classant ces petits calques avec le soin d’un collectionneur de lépidoptères.

J.-B. R.

Arles, BM, ms. 881 n° 1, détail partie haute.
Arles, BM, Ms. 881 n° 1, détail partie basse, emplacement du sceau plaqué.

[1] Barthélemy, évêque de Laon, donne avec l’accord de Gui, archidiacre, à l’église Saint-Nicolas de Roucy, pour les moines de Marmoutier, l’autel de Bouffignereux, que vient de lui restituer à cette intention le prêtre Roger (Annie DUFOUR-MALBEZIN, Actes des évêques de Laon des origines à 1151, Paris, 2001, p. 194-195, n° 114 : édition de l’acte d’après deux copies : Copie Gaignières :BnF, lat. 5441 (1) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9078411w/f169.image ; Copie Martène : BnF, lat. 12880, f° 6V-7 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9078422p/f10.image ).

[2] Jackie LUSSE, « Marmoutier et Cluny en Champagne », Études Champenoises, n° 2 (1976), p. 27-44, p. 28.

[3] Ibid., p. 34.

[4] Paris, BnF, lat. 12880, f° 4 à 8.

[5] Claire LAMY, L’abbaye de Marmoutier (Touraine) et ses prieurés dans l’Anjou médiéval (milieu du XIe-milieu XIIe siècle), thèse de doctorat, Université Paris IV-Sorbonne, 2009. p. 162-166, et Ead., « L’abbaye de Marmoutier et sa production écrite (1040-1150) : formules en usage au scriptorium monastique et dans les dépendances », in La formule au Moyen Âge II. Formulas in Medieval Culture II, Actes du colloque international de Nancy et Metz, 7-9 juin 2012, éd. Isabelle DRAELANTS, Christelle LOUBET, Turnhout, 2015 (Collection Artem 23), p. 75-89.

[6] Joseph-Marie QUÉRARD, La France littéraire ou dictionnaire biographique des savants…, Paris, 1827-1864, t. 10 (Paris, 1839), p. 100.

[7] Un grand merci au personnel de la Médiathèque d’Arles et particulièrement à Mme Fabienne Martin pour l’aide reçue lors de mes visites.

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *