Archives de catégorie : Actualités Diplomatique

PARUTION : Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe – XVIe siècles). Recueil d’études, (éd.) J.-B. Renault

Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe – XVIe siècles), Recueil d’études, J.-B. Renault (ed.)
245 p., 17 b/w ill., 2 b/w tables, 156 x 234 mm, 2016
ISBN: 978-2-503-56756-3
Prix : EUR 75,00 excl. tax
http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503567563-1

Entourés des attentions des médiévistes, les cartulaires sont devenus un objet d’histoire. Ces recueils, résultant de la compilation d’actes par une institution ou une personne juridique, entretiennent des relations complexes avec les originaux, sources directes ou indirectes mises en œuvre par les cartularistes. Qu’il s’agisse de la sélection des matériaux ou du transfert d’informations du modèle à la cible, le travail accompli est affaire de choix, divers et multiples, dont il faut retrouver les logiques pour espérer comprendre les objectifs des hommes qui ont commandités et réalisés ces manuscrits. Même soumis à des contingences matérielles, les copistes conservent une certaine marge de manœuvre dans le traitement de leur documentation. Ils trient, classent ou reclassent les documents qu’ils accueillent et enfin transcrivent les actes en adoptant certains principes. Ce recueil d’études a pour but de renouveler la confrontation originaux-cartulaires, à travers l’analyse d’un recueil et de son chartrier ou grâce à l’exploration d’une question liée à la transcription, à travers plusieurs cartulaires.
La question est ici approchée dans un cadre régional, en l’occurrence la Lorraine médiévale, principalement constituée des diocèses de Metz, Toul et Verdun – et occasionnellement étendue à l’ancienne Lotharingie. La chronologie est délibérément large (XIIe – XVIe siècle), donnant toute leur place aux expériences, parfois négligées, de la fin du Moyen Âge. À défaut d’aborder systématiquement le phénomène de la « mise en cartulaire », les dossiers ici réunis voudraient en enrichir les données et questionnements.

Table des matières :

Avant-propos
Miroir, filtre ou masque ? Cartulaires et originaux, les apports réciproques de la confrontation, Jean-Baptiste RENAULT.

Cartulaires monastiques

Le cartulaire prémontré de Saint-Paul de Verdun, Jean-Pol EVRARD
À propos d’un bullaire cistercien du XIVe siècle. Le manuscrit 234 de la bibliothèque municipale d’Épinal, Timothy SALEMME

Cartulaires laïques

Copie et conservation des archives dans les trésors des chartes des États lorrains, de René d’Anjou à René II (1419-1508), Léonard DAUPHANT
Le cartulaire de Pont-à-Mousson (Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 386) : une approche des « cartulaires de Lorraine » de Thierry Alix (XVIe siècle), Mathias BOUYER
Le cartulaire de la seigneurie de Germiny réalisé en 1540 pour Nicolas de Lutzelbourg, Jean-Christophe BLANCHARD

La transcription des actes dans les cartulaires : approches transversales

La représentation des chirographes dans les cartulaires lotharingiens, Katharina GROSS
En passant par la Lorraine : le nom propre à l’épreuve de la copie, Pierre-Henri BILLY
Étude linguistique des chartes lorraines vernaculaires du XIIIe siècle, Dumitru KIHAÏ et Marius BEERLI

Conclusions, Laurent MORELLE
Sources et bibliographie
Index

Ecrits et dépendances monastiques II : Transferts d’archives, IXe-XVe siècles

Dates : 1er et 2 février 2018
Lieu : Paris – Institut historique allemand, Université Paris-Sorbonne

Comité scientifique :
Sébastien Barret (CNRS, IRHT, UPR 841)
Noëlle Deflou-Leca (Université Grenoble-Alpes, LEM-CERCOR, UMR 8584)
Véronique Gazeau (Université de Caen, CRAHAM, UMR 6273)
Rolf Groβe (Institut Historique Allemand)
Claire Lamy (Université Paris-Sorbonne, CRM, UMR 8596)
Laurent Morelle (Ecole Pratique des Hautes Etudes)
Jean-Baptiste Renault (Université de Lorraine, CRULH, EA 3945)
Cécile Treffort (Université de Poitiers, CESCM, UMR 7302).

Contacts : cl_lamy@hotmail.com (tiret bas entre cl et lamy) et jean-baptiste.renault@univ-lorraine.fr

Les propositions de communication sont attendues jusqu’au 31 mai 2017. Elles pourront être rédigées en anglais, français, allemand et italien et devront comporter de 400 à 500 mots environ et être accompagnées d’un CV.

Argumentaire

Cette rencontre scientifique s’intègre dans un cycle thématique de recherches sur les écrits des dépendances monastiques, engagé par Claire Lamy et Jean-Baptiste Renault. Une première journée a été organisée en septembre 2015 à l’université de Poitiers, de manière à ouvrir des pistes, constituer une équipe de travail et définir des thématiques de travail.

Les communautés monastiques se sont dotées dès le haut Moyen Âge de dépendances au statut divers, les unes nées d’essaimage, d’autres étant des établissements préexistants absorbés. À partir du Xe siècle, et surtout au XIe siècle, les mouvements de réforme monastique et l’essor du monachisme ont entrainé la constitution de réseaux de dépendances plus ou moins étendus autour d’abbayes bénédictines réformées ou nouvellement fondées. Depuis le colloque de 1987 sur les prieurés , les études ont insisté sur la diversité de ces établissements dépendants, centres de gestion, prieurés conventuels plus ou moins peuplés, ou refuges érémitiques. Des abbayes comme Cluny, La Chaise-Dieu, Marmoutier, Saint-Florent de Saumur ou encore Saint-Victor de Marseille, ont eu des réseaux très étendus encore insuffisamment connus pour les Xe-XIe siècles notamment, tandis qu’à partir des XIIe-XIIIe siècles, se met en place une organisation hiérarchique plus stricte sous la forme d’un ordo.
En raison de leur diversité – statut juridique, éloignement, taille mais aussi histoire – les dépendances ont joui d’une autonomie plus ou moins forte. Ainsi ont-elles pu constituer ou conserver des archives, dont l’histoire accompagne celle des relations avec leur maison-mère ou maison de rattachement. Ces moments d’évolutions institutionnelles ont pu donner lieu à des « transferts d’archives » qui sont l’objet de cette rencontre.

Le colloque mettra l’accent sur les établissements bénédictins « traditionnels », qu’il s’agisse d’établissements singuliers à la tête de réseaux plus ou moins étendus, ou de chefs d’ordre. La réflexion incorpore les établissements de chanoines, séculiers ou réguliers. On s’intéressera aussi aux cas d’incorporation de réseaux entiers, mais sans prendre en compte les dossiers d’incorporation par les Cisterciens (on pense en particulier au cas de Savigny, absorbé par Cîteaux) qui ont déjà fait l’objet de travaux approfondis.

Les circonstances pouvant donner lieu à transferts d’archives sont multiples. La plus évidente est bien sûr celle de l’entrée en dépendance monastique, qui peut concerner un établissement monastique ou bien un établissement canonial ; ensuite celle de la sortie du statut de dépendance pour (re)trouver un statut autonome ; enfin, on n’oubliera pas les cas de contestations de dépendance. La manière de considérer les archives d’un établissement, de définir leur lieu de conservation, de les valoriser (par exemple en réalisant des cartulaires) reflète des enjeux institutionnels qu’il convient de mettre au jour.
Il faut encore tenir compte des cas de mise en sûreté des archives, que ce soit dans le contexte de fuite devant les raids des Normands ou des musulmans, ou bien, quelques siècles plus tard, dans le cadre de la guerre de Cent Ans. Les transferts ont pu avoir été faits de la dépendance vers la maison-mère ou bien de celle-ci vers ses dépendances ; des archives peuvent accompagner les moines lors de leur fuite de la maison-mère vers une dépendance refuge. L’insécurité des archives ne sera pas oubliée ; ainsi pourraient être abordées les situations de « transferts accidentels » d’archives, soit les vols de documents, les ponctions sauvages d’archives ou les pertes d’archives, quand les circonstances peuvent être éclairées, parfois grâce à des mentions dans les chroniques.

Les aléas de l’histoire institutionnelle des dépendances sont parfois des temps forts de l’histoire des archives. On s’interrogera sur le sort des archives détenues par les établissements au moment où ceux-ci entrent en dépendance ; en cas de transfert, sur la qualité et la quantité des documents transférés, y compris sur leur nature juridico-diplomatique (originaux ou copies). On tentera de déterminer les critères de sélection et on sera attentif au travail archivistique (inventaire, transcription organisée) accompagnant éventuellement ces opérations.
Enfin, de manière transversale, est soulevée la question de la possibilité et des moyens d’identifier les archives de dépendances. Ce dernier point, de caractère méthodologique, pourra être abordé dans les différentes propositions de communications.

Écrits et dépendances monastiques

Un membre de l’Atelier Diplomatique récompensé : M. Hubert Flammarion

L’équipe du projet Chartes originales et l’Atelier Diplomatique du CRULH (Université de Lorraine) sont heureux de vous annoncer la distinction venant récompenser le travail de l’un de ses membres. Hubert Flammarion, agrégé d’Histoire, docteur en Histoire médiévale et membre de l’Atelier Diplomatique du CRULH, vient de recevoir le prix Auguste Prost de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour son ouvrage Recueil des chartes de Morimond au XIIe siècle. Outre une édition des actes du XIIe siècle, l’ouvrage comporte une introdCouv morimonduction éclairant aussi bien l’histoire de l’abbaye, sa place dans l’ordre cistercien, que les pratiques de l’écrit avec la rédaction des pancartes. Bien que située à la limite orientale du diocèse de Langres, l’abbaye de Morimond touche à la fois à l’histoire de la Lorraine par ses granges situées en Lorraines et par les abbayes cisterciennes lorraines presque toutes de la filiation de Morimond, et à la fois à l’histoire de l’Empire germanique par sa filiation impériale et par son abbé Othon d’Autriche, devenu évêque de Freising et chancelier d’Empire, premier historien de l’Empire, mort à Morimond en 1158 et inhumé dans l’abbatiale.

Les efforts de l’Atelier Diplomatique en faveur de la transcription et de l’édition d’actes médiévaux ont été dirigés ces dernières années vers plusieurs fonds cisterciens. D’une part la Collection Artem (Brepols) a accueilli, outre Morimond, trois éditions de chartes médiévales relatives à des fonds cisterciens : Vaucelles (par B.-M. Tock), Bégard (Cl. Evans) et Chiaravalle milanese (T. Salemme). Parallèlement l’équipe nancéienne œuvre à la transcription des actes originaux inédits, en particulier pour l’espace lorrain et champenois et participe au projet CHARCIS en apportant les transcriptions inédites des actes cisterciens de l’espace lorrain ainsi que du diocèse de Châlons-en-Champagne pour le XIIe siècle.

Journée Écrits et dépendances monastiques : Compte-rendu

Produisait-on de l’écrit dans les prieurés et dépendances autant que dans les abbayes? Quels types d’écrits y étaient conservés? Quels échanges ou circulations les dépendances entretenaient-elles avec leur abbaye mère? Quelle méthode employer pour repérer et caractériser l’écrit des dépendances? Le chantier ne fait que commencer mais une journée s’est tenu pour réfléchir à ces questions, à Poitiers, le 30 septembre 2015. Le compte-rendu vient d’être mis en ligne : http://drd.hypotheses.org/1484#more-1484

L’acte original, entre conceptions médiévales et concept diplomatique.

Colloque international à l’occasion du Cinquantenaire du projet Originaux

co-organisé par le CRULH (Université de Lorraine), l’EA 4116 SAPRAT (EPHE), l’IRHT (CNRS) et l’Institut Historique Allemand (Paris)

Il y a cinquante ans, le doyen Jean Schneider lançait à Nancy un ambitieux projet qui aboutit en 2010 à la publication en ligne des Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France. La rencontre de 2016 voudrait célébrer cette entreprise pionnière en proposant une réflexion collective sur le matériau même du corpus, « l’acte original », interrogé dans ses multiples facettes : la notion qu’il recouvre (l’« originalité ») et les difficultés qui président à sa qualification ; la façon dont il a été appréhendé au Moyen Âge ; les potentialités d’investigation qu’il renferme pour les historiens d’aujourd’hui, notamment quand les originaux sont rassemblés en corpus numériques. Les communications porteront de façon privilégiée sur la période couverte par les bases réalisées à Nancy, depuis le très haut Moyen Âge jusqu’au XIIIe siècle. Dans l’histoire de l’acte écrit, ce terminus marque aussi un « moment » dans les réflexions savantes sur l’acte écrit comme preuve. Si « l’acte écrit » est au centre du colloque, les réflexions des contributeurs pourront naturellement s’étendre, en tant que de besoin et par souci comparatiste, à d’autres types de sources ou d’objets aux lisières du genre diplomatique – on songe entre autres aux sources épistolaires.

Lire l’argumentaire sur le site du CRULH

Télécharger l’argumentaire